W

biographie

Pittsburgh, 1928 – New York, 1987

Issu d’une modeste famille d’origine slovaque, Andrew Warhola entreprend à partir de 1945 des études de graphisme à Pittsburgh puis, après l’obtention de son diplôme en 1949, s’installe à New York où il travaille comme illustrateur pour des revues telles que Vogue ou The New Yorker. À cette occasion, il peint en 1960 ses premières toiles représentant Popeye ou Dick Tracy.

En 1963, il adopte la technique qu’il utilise pour ses œuvres les plus célèbres : la photographie sérigraphiée. Ce procédé consiste à reporter mécaniquement une image sur une toile en la réduisant à ses traits essentiels. Dépouillée de ses détails, la forme acquiert une plus grande efficacité visuelle. Outre ce pouvoir, cette technique, issue de l’industrie publicitaire, lui permet d’approcher son idéal d’objectivité selon lequel la perfection serait la reproduction à l’identique. Cette opération aurait pour effet de séparer l’image des significations qu’on lui attribue pour n’en conserver que l’apparence, l’image pure.

Les photographies utilisées sont en noir et blanc, il colore le fond de la toile, et ensuite, imprime le sujet, le visage de Marilyn Monroe par exemple, avec seulement quelques détails, pour le rendre plus neutre et les reproduire par sérigraphie. Souvent, c’est un motif qui sera reproduit plusieurs fois sur la toile. C’est le stéréotype du Pop Art.

Ses figures favorites sont les noms de marque déposés, le signe du dollar ou les visages de célébrités. Le ton est iconoclaste, s’inspirant de la culture populaire. C’est ainsi que pour sa première exposition majeure, en 1962, il peint les fameuses conserves Campbell’s Soup. Cette œuvre est encore considérée comme sa marque de fabrique.

Les thèmes fondamentaux chez Warhol sont l’image, son pouvoir au sein de la société de consommation et son lien avec la mort. Chez Warhol, la répétition de la figure se rapporte souvent à son exténuation. Le choix des sujets est en rapport avec cette obsession de la mort, y compris pour ses toiles célèbres de Marilyn Monroe (peinte après son suicide) ou de Liz Taylor (peinte alors que l’actrice était gravement malade).

À partir de 1963, Warhol s’entoure d’assistants dans son atelier, la Factory, poussant ainsi à son paroxysme le caractère industriel de son travail. En 1968, après avoir été grièvement blessé par balle dans son atelier, il met fin à l’aventure collective et commence la série des portraits de célébrités, comme Mick Jagger, Calvin Klein, Mao.

© The Andy Warhol Foundation for the Visual Arts Inc.

expositions

 

Senza tempo

Rome
14 mars - 11 mai 2024

ITALY – USA
Two Art Worlds connected

Londres
26 Juin - 15 Septembre 2018