G

biographie

Bagheria, 1911 – Rome, 1987

Renato Guttuso était un peintre et homme politique italien, le protagoniste de la peinture néoréaliste italienne qui s’est exprimé parmi les artistes du Nouveau Front des Arts.

Il aborda l’art comme un jeune garçon observant occasionnellement la peinture de son père et en fréquentant l’atelier du peintre Quattrociocchi.

Dès l’âge de treize ans, il commenca à signer et à dater ses peintures – pour la plupart des copies de peintres paysagistes de Millet, Carrà et siciliens – et participa à sa première exposition de groupe à Palerme à l’âge de dix-sept ans.

Il participa à la quadriennale de Rome en 1931 et eu l’opportunité d’apprécier les œuvres de grands artistes italiens dont il fut particulièrement impressionné.

Au cours du début des années 30, il est amené à collaborer avec divers journaux et des magazines et militie en faveur d’une peinture engagée. Son premier article sur Picasso, écrit en 1933, a provoqué l’intervention de la censure fasciste et la suspension de la collaboration avec le journal L’Ora di Palermo.

Son service militaire réalisé à Milan en 1935 lui donna l’opportunité de se rapprocher d’artistes tels que Birolli, Sassu, Manzù, Fontana avec qui il fut amené à partager son atelier. Il exposa pour la seconde fois à Milan à la Galleria del Milione avec le “Gruppo dei 4” qu’il fonda à Palerme en compagnie de Giovanni Barbera, Nino Franchina et Lia Pasqualino Noto.

En 1937, il s’installe à Rome et entre dans le milieu culturel et artistique romain en réalisant de nombreuses œuvres reprenant plusieurs éléments de la ville.

Les années 40 furent marquées par une importante production de nus, de paysages, de natures mortes et d’œuvres importantes comme la Crucifixion.

En 1943, il quitta Rome pour des raisons politiques et participa activement à la résistance antifasciste. Il y laissa un témoignage artistique poignant de la lutte partisane dans la série de dessins réalisés avec des encres de typographies clandestines. Il rencontra par ailleurs Pablo Picasso lors de son passage à Paris. De cette rencontre naquit une amitié incommensurable.

De retour en Italie, il fonda le mouvement Fronte Nuovo delle Arti, avec des artistes et amis dont Birolli, Vedova, Marchiori, ainsi que la galeriste Cairola. Le groupe, très engagé politiquement, avait pour objectif de récupérer les expériences artistiques européennes qui, du fait du fascisme, étaient peu connues en Italie.

Ces dernières années, alors qu’il exposait à New York, Londres, Moscou, Amsterdam et Paris, il collabora avec les plus importants magazines italiens et internationaux avec des écrits sur la théorie de l’art et la critique, prenant alors position dans le débat sur le réalisme.

Guttuso est décédé le 18 janvier 1987 en laissant derrière lui quelques-unes des œuvres les plus importantes à la Galerie Nationale d’Art Moderne de Rome.

Le Musée Guttuso, situé dans la Villa Cattolica du XVIIIe siècle de Bagheria, rassemble la plus grande collection d’œuvres, peintures, dessins et graphiques de l’artiste. Guttuso repose dans le jardin de la Villa, non loin de la grande arche funéraire qui lui est dédiée, réalisée par son ami Giacomo Manzù.

© Renato Guttuso